Le monstre gluant des toilettes chap 5

Extrait n 4

Je ne voulais pas tenir compte de ce chapitre dans la rédaction de ce livre, mais je pense qu’il est tout de même important afin de comprendre l’histoire.

Mais, revenons deux mois en arrière, car vous ne savez pas encore tout.

Les parents de Chloé et Théa s’étaient séparés peu de temps avant la naissance de la benjamine.
Chloé ne semblait pas en souffrir.

Sans raisons apparentes, leur père les avait abandonnés pour une sorcière. Il vivait dans un autre pays.

Il faut savoir que les sorcières se fourrent partout, se mêlent à tout, embrouillent tout, afin de semer la discorde.

Les sorcières, sont une sorte de bipède, elles portent comme signes distinctifs des bijoux à base, d’ossements, de peaux, de cheveux… Elle a de longs cheveux filasses, de petits yeux noirs et un menton recourbé. Sa tête est généralement recouverte d’un chapeau pointu au large bord. Elle porte également une cape, des mitaines et des bottines pour cacher ses doigts de pieds qui ressemblent à des moignons.
Elle habite une toute petite chaumière dans les bois, ou fume un chaudron malodorant.
Le regard fixé sur les routes qu’elle arpente sans relâche, tout ce qui passe autour d’elle la laisse indifférente hormis la proie qu’elle recherche.

Nul homme n’échappe à son regard hypnotiseur. Aidée de ses fidèles serviteurs, elle abreuve le butin qu’elle a choisi, comme pour le fasciner, d’une potion tonique, active et d’un vulnéraire parfaitement magique.

Elle l’a réalise avec des racines de glaeuils surnommés dragon rouge, qu’elle cultive dans son potager, ainsi que d’autres plantes vénéneuses (cigue, stramoine…) Elle mêle son élixir à de l’huile de suc de pavot.
La sorcière tire ses pouvoirs, potions, d’un antique grimoire qui se transmet de sorcière en sorcière.
Le pauvre mortel est alors plongé dans un sommeil profond, lorsqu’il se reveille, il a tout oublié, devenu à son tour sorcier.

Leur mère devait survivre à cette tragédie maintenant avec ses deux filles.

Publié dans : Non classé | le 25 août, 2007 |Pas de Commentaires »

La fée

extrait n 3

Chloé fut surprise de voir cette petite frimousse d’enfant fée. Par miracle, cette petite graine inerte est devenue un etre de vie.
Aux yeux de la fillette, c’était une sorte de petite fée, de princesse.

Maintenant Chloé était l’ainée, et une soeur vraiment gentille et patiente avec bébé Théa, car en grandissant, vous verrez dans les chapitres suivants, que notre Théa est une petite coquine pleine de vie.
Elle vous réserve des histoires, je devrais dire des bêtises palpitantes.

A bientot

Publié dans : Non classé | le 25 août, 2007 |Pas de Commentaires »

La fée chap 4

extrait numéro 2

La mère de la fillette semblait de très bonne humeur. Elle chantonnait quelque chose de sa voix douce.
A mesure que passaient les vacances d’octobre, le temps devenait plus froid.
Elle décida enfin d’avouer son secret à sa fille.

l’annonce de ce secretn n’était pas une bonne nouvelle pour Chloé.

D’abord, il y a la vie. Par elle tout commence.

Les garçons naissent dans les choux, et les filles dans les roses, c’est bien connu…et ce n’est pas moi qui vais déroger à la règle.

A travers ces paroles débute ce voyage de neuf mois.

Inquiète, Chloé se dit que se pourrait bien etre la fin des calins et bisous que lui prodigue sa maman.

La tete truffée de points d’interrogation, Chloé demanda à sa mère

« Ils viennent d’ou les bébés? »

Lorsque la fillette eut terminé sa phrase, sa mère réfléchit un moment avant de dire.

Et bien, tout d’abord, une minuscule créature, généralement féminine appelée fée, apporte à la futur maman une graine invisible. Vetue d’une robe légère tissée en fils d’araignée, la bonne fée, pleine de fantaisie envoute la graine avec la poussière de ses ailes.

Les fées sont des etres bons, elles sont partout, dans les arbres, les fleurs, les bois…et surtout dans ton coeur, car sans les enfants les fées ne peuvent pas vivre.
C’est pour cette raison qu’elles donnent des graines à toutes les mamans.

La petite graine, alors commence son oeuvre de transformation.
Elle murit selon l’imagination de la fée.
Pour cela, il faut la soigner pour que la croissance s’opère.
Lorsqu’elle atteint la forme visible, d’une boule, elle s’accroit et pousse, enfle, grossit peu à peu comme une pomme, s’allonge, s’anime, puis un jour, elle sortira de son enveloppe.

La graine qui deviendra un jour une jolie fleur si c’est une fille, se modelant en rond, comme un ballon, s’allongeant en pointe, doit continuer sa route ainsi pendant neuf mois.

Elle prend alors une couleur rose si c’est une fille et bleu si c’est un garçon.

Les pétales encore fermés tel du velours, forme le berceau du bébé.
Ils se nuancent, passent d’une tonalité douce à une tonalité éclatante, aux couleurs tendres, fines, offrant une gamme d’une richesse inouie, qui passe des tons les plus sourd aux tons les plus violent.

La fleur répand des flots éclatants autour d’elle, puis d’inonbrables pétales éclatants s’ouvrent.
Comme si elle était épuisées par ces efforts, palit et le bébé nait.

C’est l’une des fleurs la cultivé au monde.

En réalité la fillette n’avait pas vraiment tout compris, mais elle ne demanda pas d’explication supplémentaire.

Publié dans : Non classé | le 25 août, 2007 |Pas de Commentaires »

Avertissement chap 2

 

 numriser00022.jpg

extrait n 1

Pour ma part, ce que tu t’appretes à lire, n’est connu que de moi, pour l’instant. Mais je t’avertis que ce n’est pas un livre comme les autres. J’ai ensorcellé mon bouquin, d’une multitude de caractères differents.
Réunissant à la fois, faiblesses, passions, vices, beautés…
Produit unique de ma création d’écrivains.
C’est un livre rempli de souvenirs inoubliables, que j’espère partager avec toi.
Pour ne pas les oublier, j’aurais pu ressortir mes jolies photos du fond de mon tiroir, mais j’ai préféré prendre le temps, d’essayer de te décrire ces , mes souvenirs avec l’espérance que les mots sauront rendre, les impressions que j’ai ressentie.

Malgré l’imaginaire de mes écrits, ce livre relâte des passages réels de ma vie.

Voici donc quelques extraits de ce book.

Aussi loin que remonte mes souvenirs, mon enfance et celle de ma soeur, a été bercée par les récits sublimes et surprenants, merveilleusement racontés par ma mère. Cette femme, penchée sur son bureau, c’est ma maman. Pendant qu’elle écrit de nouvelles aventures.

Quoi?

Non, ma mère n’est pas un écrivain, elle s’est donnée le défi d’écrire un livre.

Je sais que j’ai de la chance, mais c’est très difficile d’etre écrivain. Maman se jette sur son livre chaque jours qui passent…
Quand elle écrit, elle prétend que son histoire devient magique, l’aspirant dans un autre monde fantastique ou le reve devient réalité.

Chloé, est une petite fille de trois ans, considérée comme très jolie. Elle a de longs cils qui bordent ses grands yeux noisette, de longs cheveux chatains, avec quelques mèches miel, légèrement bouclées, qui se balancent, le long de ses reins, à chaque mouvement de son visage.

L’année de ses trois ans, fut marqué non seulement par un déménagement, mais également par sa première rentrée en école maternelle.
Il y a là pas grand chose d’étonnant, mais de tels événements sont toujours important pour des enfants.

Sa mère était songeuse, elle avait toujours vécu à la campagne et ne connaissait rien de la ville. Elle n’avait pas le choix, elle devait suivre son mari, qui se vit proposer un poste dans la ville de Toulon.
Il acceptèrent non sans quelques reflexions.
Elle allait perdre, à cause de cet éloignement, le support moral de ses parents et amies.

En arrivant à toulon, la famille avait trouvé un merveilleux paysage de magie bleutée, d’immenses montagnes se mélangeaient à la chaleur du pays.
La magie éphémère et changeante du ciel, passant l’espace d’une rafale de vent à un bleu azur des plus prometteurs.
Cette contrée toute couverte d’oliviers, de pins, d’herbes odorantes, d’orangers, qui toute l’année est emplie de fleurs et de fruits.
Les bois toujours verts.

La fillette n’avait jamais vu un paysage aussi charmant.
Elle dévorait des yeux ce magnifique spectacle, avec la même gourmandise que si elle avait été devant une vitrine de confiserie.

Publié dans : Non classé | le 25 août, 2007 |1 Commentaire »
123

*libé-LuL* |
mes sens |
Mi corazon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'ermite du 11ème
| Mots@Mots / AtelierS d'é...
| flostarlette2