Avertissement chap 2

 

 numriser00022.jpg

extrait n 1

Pour ma part, ce que tu t’appretes à lire, n’est connu que de moi, pour l’instant. Mais je t’avertis que ce n’est pas un livre comme les autres. J’ai ensorcellé mon bouquin, d’une multitude de caractères differents.
Réunissant à la fois, faiblesses, passions, vices, beautés…
Produit unique de ma création d’écrivains.
C’est un livre rempli de souvenirs inoubliables, que j’espère partager avec toi.
Pour ne pas les oublier, j’aurais pu ressortir mes jolies photos du fond de mon tiroir, mais j’ai préféré prendre le temps, d’essayer de te décrire ces , mes souvenirs avec l’espérance que les mots sauront rendre, les impressions que j’ai ressentie.

Malgré l’imaginaire de mes écrits, ce livre relâte des passages réels de ma vie.

Voici donc quelques extraits de ce book.

Aussi loin que remonte mes souvenirs, mon enfance et celle de ma soeur, a été bercée par les récits sublimes et surprenants, merveilleusement racontés par ma mère. Cette femme, penchée sur son bureau, c’est ma maman. Pendant qu’elle écrit de nouvelles aventures.

Quoi?

Non, ma mère n’est pas un écrivain, elle s’est donnée le défi d’écrire un livre.

Je sais que j’ai de la chance, mais c’est très difficile d’etre écrivain. Maman se jette sur son livre chaque jours qui passent…
Quand elle écrit, elle prétend que son histoire devient magique, l’aspirant dans un autre monde fantastique ou le reve devient réalité.

Chloé, est une petite fille de trois ans, considérée comme très jolie. Elle a de longs cils qui bordent ses grands yeux noisette, de longs cheveux chatains, avec quelques mèches miel, légèrement bouclées, qui se balancent, le long de ses reins, à chaque mouvement de son visage.

L’année de ses trois ans, fut marqué non seulement par un déménagement, mais également par sa première rentrée en école maternelle.
Il y a là pas grand chose d’étonnant, mais de tels événements sont toujours important pour des enfants.

Sa mère était songeuse, elle avait toujours vécu à la campagne et ne connaissait rien de la ville. Elle n’avait pas le choix, elle devait suivre son mari, qui se vit proposer un poste dans la ville de Toulon.
Il acceptèrent non sans quelques reflexions.
Elle allait perdre, à cause de cet éloignement, le support moral de ses parents et amies.

En arrivant à toulon, la famille avait trouvé un merveilleux paysage de magie bleutée, d’immenses montagnes se mélangeaient à la chaleur du pays.
La magie éphémère et changeante du ciel, passant l’espace d’une rafale de vent à un bleu azur des plus prometteurs.
Cette contrée toute couverte d’oliviers, de pins, d’herbes odorantes, d’orangers, qui toute l’année est emplie de fleurs et de fruits.
Les bois toujours verts.

La fillette n’avait jamais vu un paysage aussi charmant.
Elle dévorait des yeux ce magnifique spectacle, avec la même gourmandise que si elle avait été devant une vitrine de confiserie.

Publié dans : Non classé |le 25 août, 2007 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 27 août, 2007 à 0:32 aelae écrit:

    Ton blog est très touchant et très personnel. J’ai beaucoup apprécier de lire chacun des textes que tu as écrit. Ce sera avec beaucoup de plaisir que je continurais à visiter ton blog. Amicalement, aelae

Laisser un commentaire

*libé-LuL* |
mes sens |
Mi corazon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | L'ermite du 11ème
| Mots@Mots / AtelierS d'é...
| flostarlette2